14 > 19 MARS
Le Vent des Signes
Résidence Musique / Voix
Matthieu Guillin & Loïc Varanguien de Villepin

La Copule II

Dans le cadre du dispositif SACEM / MINISTERE DE LA CULTURE compositeur associé dans une scène pluridisciplinaire,
Loïc Varanguien de Villepin (Cie des Limbes) et Matthieu Guillin (artiste associé au théâtre Le Vent des Signes) entreprennent l’écriture d’un nouveau projet : La Copule | volet 2.
Extrait Copule | Volet 1

Cette pièce aborde l’idiotie – la figure de l’idiot à travers une écriture musicale complexe. La pièce ne traite pas de la stupidité qui serait une soustraction en matière de compréhension du monde, mais bien plutôt d’une rare capacité à envisager une même situation sous plusieurs angles, à multiplier les points de vue.

L’idiotie suppose la maîtrise des outils de l’intelligence auxquels elle ajoute la mise à l’épreuve de ceux-ci par la dérision.

Le processus explore à la façon du cut up de William Burroughs le ré-agencement de multiples fragments musicaux et linguistiques afin d’en reconnaitre les résonances pertinentes qui construiront le discours performatif.

Il nous permet de créer une sorte de proto-musique reliant certains archétypes primitifs aux recherches contemporaines.

Des glossolalies naissent et se forment au contact des aspérités électroniques, dévoilent une érotique des relations entre la voix et ses ersatz synthétiques dans l’épaisseur de l’indicible.

Le Vent des Signes | Chaîne YouTube

/
DISTRIBUTION

Matthieu Guillin composition et performance
Loïc Varanguien de Villepin performance vocale

Production Le Vent des Signes
avec le soutien de la SACEM/Ministère de la Culture, dans le cadre du dispositif Compositeur associé à une scène pluridisciplinaire, éOle – studio de création musicale, Ville de Toulouse, Conseil Départemental de la Haute-Garonne, DRAC Occitanie (AFA)

BIOGRAPHIE

Matthieu Guillin chemine dans le chaos nourrissant de multiples formes artistiques, puis attrape la création sonore comme vecteur principal. Allie son énergie à la matière pour mettre en écho les dissemblances. Essaye d’augmenter nos facultés à percevoir le divers. Se demande si l’écoute active est encore une solution. Se demande comment il fera sans électricité. Aime tout autant les chants traditionnels Albanais et l’errance. Préfère de justesse les maladresses de son père aux plaisirs difficiles de la composition. Cherche à rendre compte de l’expérience sensible et complexe de la vie à travers l’écoute, trouve ça impossible et recommence. Est surement en résistance contre l’homogénéisation culturelle et les coercitions séductives en tout genre.
Né en 1987, Matthieu Guillin partage son travail entre le spectacle vivant, la composition acousmatique et l’improvisation libre.

infos