2 JUIN > 2 JUILLET
Le Vent des Signes
Arts plastiques
Nathalie Bruyère & team Isdat

LE NOUVEAU PRINTEMPS

Le Printemps de septembre devient Le Nouveau Printemps, un festival de création contemporaine à Toulouse imaginé chaque année avec un.e artiste associé.e diffétent.
En 2023, la programmation est pensée avec la designer matali crasset et se déploie dans le quartier Saint-Cyprien, ses musées, théâtres, places publiques, boutiques et ses jardins.

LA FABRIQUE DES MOBILITÉS
Un projet, deux facettes : d’une part, une recherche soutenue par l’ADEME sur les mobilités du futur et d’autre part pour le festival une mise en récit, un déclencheur d’imaginaire sur les mobilités douces.

LE PROJET DE RECHERCHE
Le projet dix-sur-six (composé de Nathalie Bruyère, Rémi Visière, Thierry Monteil) est lauréat d’un programme de l’ADEME sur les mobilités du futur. Ils ont imaginé un véhicule plus accessible, plus sûr et plus inclusif : un vélo « transformable » et appropriable par les futurs usagers.
Cette recherche part d’une question simple et essentielle pour la ville contemporaine : comment relier les villes, les zones péri-urbaines et rurales de manière plus écologiques et inclusives ? Depuis les 30 glorieuses et l’essor de la voiture individuelle, le prix du carburant n’a cessé d’augmenter, les ressources de s’épuiser, les trajectoires de vie de se compliquer : (familles recomposées, emplois du temps variables, précarisation…). Le scenario actuel n’est plus possible.
L’ambition de ce projet, réalisé avec des étudiants de l’INSA, de l’isdaT et du lycée Gallieni, est à la fois technique – penser un véhicule adaptable qui peut être construit et modifié par les usagers – et symbolique – développer les imaginaires.

LE PROJET DANS LE CADRE DU FESTIVAL
A partir du projet dix-sur-dix, Nathalie Bruyère imagine un dispositif spécifique permettant une mise en récit des prototypes au travers une scénographie basée sur l’atelier. Designer, fondatrice d’Ultra Ordinaire et enseignante à l’isdaT, elle travaille sur la relation entre les milieux, les techniques et les modes de vie, afin de mettre en place des projets inscrits dans le réel.
Pour concevoir la scénographie, elle va travailler plusieurs mois avec des étudiants de la section design de l’isdaT. Et pour son activation, elle s’associe à Charlie Aubry, ancien étudiant de l’isdaT actuellement en résidence à la Villa Medicis. Il développe une pratique autour de l’électronique, par le biais de laquelle il questionne l’erreur comme méthode d’apprentissage. Son travail débute généralement avec le détournement d’objets qui deviennent pour lui de vrais outils de création sonore et visuelle.
Le public sera autant acteur que spectateur : une série d’ateliers sera menée autour du véhicule à partir d’éléments en bambou, de broderie et de tissu, pour jouer à inventer la mobilité de demain, les formes, les couleurs.

/
DISTRIBUTION

Nathalie Bruyère designer, fondatrice d’Ultra Ordinaire et enseignante à l’isdaT
étudiant.es ISDAT