2009
Le Vent des Signes
Théâtre Performance
Anne Lefèvre

Bonjour

C’est quoi ce quoi qui nous agite?
C’est qui ce qui que ce quoi agite?
On en fait quoi de tout ça?
On signe, on renonce? ou on imagine d’autres  réponses, d’autres territoires possibles?
C’est quoi la question ? C’est quoi le problème ?
Sinon et toujours comment mieux vivre à soi et à l’autre dans ce vaste monde dont je-tu participes ?
Ils – sur le plateau – se comporteraient comment ? Parleraient ? Chanteraient ? Bafouilleraient ?
C’est quoi B.O.N.J.O.U.R ?
Un fourbi-objet hybride artistique langué en plus ou moins sauvage pour que tout ça, l’histoire, le meurtre ne se répète pas sans qu’on l’identifie.

INTENTIONS DE MISE EN SCÈNE
Dès la fin de l’écriture de B.O.N.J.O.U.R, l’amplification des voix s’est imposée à moi comme ligne de fond/force « incontournable ».
De même l’esthétique du cabaret en son interpellation incessante de l’être de numéros en numéros.
Fil  rouge : le quoi à qui… le quoi du qui… le pour quoi pour qui… ou de quelle construction du monde participons-nous à travers nos gestes et nos dires ?
Le cabaret comme regard en mouvement-action sur l’ordre établi/institué à revisiter-déplacer-re-choisir.
Des  meneurs de revue armés de micros ou pas, des Monsieur Loyal dégentés politiques virevoltants,  clowns nus en colère, tendres.
Du festif pour interroger le grave et le tragique de la démission-renoncement de la condition humaine.
Du dynamique pour craqueler fissurer les états arrêtés, vitaliser les en-désespérés démissionnés.
Du toujours autre possible par-delà les signes qui signent des arrêts définitifs.
Tourner et retourner pour ne pas tourner en rond.
S’agiter en recherche et question pour tenter de poser du lien – sens – construction.
Traverser ensemble des obstacles. En franchir quelques uns. En soi, entre soi (s).
Utopie ? Idéalisme ?
Foi.
Y’a rien de nouveau sous le soleil mais aujourd’hui est soleil neuf jamais avant brûlé jamais avant projeté.
Tu-Je intendant du soleil d’hui, comptable-fruit.
Faut se remettre au piano les gars y’a du boulot.

/
DISTRIBUTION

Conception, texte et performance  Anne Lefèvre Performance Sébastien Bouzin  Lumières Christian Toullec  Production Le Vent des Signes Soutien Ville de Toulouse

En ce monde sur-amplifié, au volume sonore tellement élevé qu’il brouille-entrave l’écoute du dire, inventer des passages au sein même de ce brouhaha assourdissant et de la vitesse vertigineuse de l’accumulation d’informations.
Chercher – en plein cœur de la  tornade ambiante synchronisante des consciences qui ravage – comment donner à entendre cela en chacun qui appelle et veut parler.

Part maintenant ici là le chemin en perspectives par construction plus reliée- fraternisée ou non
Part maintenant musique nouvelle imaginée ou variété sans fin réchauffée aspartamée
Part maintenant
Part maintenant demain cage à lapin ou jardin
B.O.N.J.O.U.R