9, 16, 23, 30 OCT 2018
Le Vent des Signes
Laboratoire d’écriture
Anne Lefèvre

De l’écrit à l’oral

Une expérimentation, une expérience organique autant qu’intellectuelle des impacts, soulèvements, bouleversements, déstabilisations que nous allons éprouver/œuvrer dans nos va et vient entre l’écrit et l’oral.

Comment le corps de l’orateur, de l’acteur, du parlant devient langage, devient/fait langue et langage, « écriture », « texte ».

Comment dans notre souci d’adresse à l’autre, nous allons être amenés à « reformuler » « récrire » « épurer » notre écrit initial afin que fortifié par ce travail d’élagage, il rencontre sa plus grande justesse d’impact à l’oral.

Une aventure/bagarre excitante et courageuse à engager, dans notre propre chair, au plus sensible de notre intime, à la faveur de ce laboratoire.

Labo en partenariat avec Le Vent des Signes et la comédienne et metteuse en scène Anne Lefèvre, en équipe avec Pascale Chiron.

/
DISTRIBUTION

Anne Lefèvre, avec intégrité et essentialité, pratique le questionnement du monde dans les langues d’aujourd’hui avec des artistes de pleine responsabilité.
Elle convoque les individus (spectateurs) autour de propositions artistiques dont on pourrait dire qu’elles procèdent du geste même de la Cène. Du partage même d’un repas soigneusement préparé à des fins de construction et non de déconstruction de l’être. Responsabilité de l’artiste dans le choix de ses convocations autour de propos, fonds et formes, qui interrogent, stimulent, encouragent l’esprit, mettent en mouvement la pensée, revisitent nos certitudes.
Sa démarche artistique est avant tout un process où le cœur du poème se donne à voir et entendre dans des écritures de plateau ancrées dans des exigences performatives et pluridisciplinaires portées par des acteurs, artistes, écrivains… tout entiers investis (corps & esprits) dans l’adresse d’un dire vital aux présents.
Le texte en est un élément constitutif indéniable mais pas le seul. Le mouvement, la danse, la vidéo, le son, la musique, l’instant, la surprise incarnée et palpitante, le soin que l’acte apporte en sont tout autant essentiels.
Comme dans une construction amoureuse, il s’agit de construire AVEC. Dans un rapport vivant à soi et à l’autre, dans un rapport attentif au monde.
Dans la convocation d’un libre arbitre individuel consubstantiel de ce qu’est le vivant.