15 JUIN > 4 JUILLET
Le Vent des Signes
Résidence
François Donato, Corinne Mariotto

LES IMMERSIONS

Prenons un texte. Tiens, celui-ci par exemple, qui nous parle du désir, qui l’ausculte et nous rend spectateur de sa démesure.
Prenons une voix. Celle de Corinne Mariotto par exemple. Et observons-la, écoutons-la. Elle est souple et offre aux mots un écrin soyeux. Elle tisse pour eux un ruban agile pour qu’ils s’inscrivent mieux dans notre perception.
Elle trace un sillage dans le silence et génère des ondes de sensations et de réflexions entre les mots et autour d’eux.
Alors c’est à ces endroits, ces creux, ces vagues, ces ourlets de sens et d’émotions, que naît le possible sonore.
Que se dessinent les contours des espaces impalpables qui étendent le texte, le prolongent et le connectent à des réalités nouvelles, forcément imaginaires. Ce sont les vibrations du texte révélées par la voix qui se propagent au bord du silence, qui jouent avec lui, le repoussent ou parfois l’accueillent.
Alors enfin, émerge un monde fluide, mobile, dont la voix est le noyaux ardent, la pulsation intime qui le rend vivant.
François Donato

/
DISTRIBUTION

Corinne Mariotto, François Donato
Compagnie de la Dame