création 2022
Le Vent des Signes
Installation sonore & vidéo
Matthieu Guillin | Abdessamad El Montassir

Adouaba

Adouaba est une création sonore et une installation vidéo composée à partir de poésies du Sahara et de chants en Mauritanie.
Cette œuvre souhaite cartographier des traumatismes qui se sont générés par des faits politiques et sociaux douloureux. Ces événements, qui ne sont ni relayés ni racontés, restent ainsi confisqués à l’imaginaire collectif.
En réactivant ces chants et récits méconnus, ce projet ouvre un interstice inédit qui laisseémerger une histoire sociale dominée.

Cette recherche est basée sur les chants comme facteurs de résistance et d’émancipation
en Mauritanie et dans le Sahara.
Elle aboutit à la création d’une pièce sonore réalisée en collaboration avec Matthieu Guillin, et à une installation vidéo basée sur les manières dont les plantes racontent nos Histoires.
Pour ce faire, un algorithme (neural network algorithms) sera réalisé en collaboration avec Alexander Serechenko (programmeur).

/
DISTRIBUTION

Matthieu Guillin compositeur
Abdessamad El Montassir concepteur, artiste plasticien, chercheur
Alexander Serechenko programmeur

Production Le Vent des Signes
Avec le soutien de SACEM/MINISTERE DE LA CULTURE, DRAC Occitanie, Ville de Toulouse, Conseil Départemental de la Haute-Garonne, éOle, GMEA – Centre National de Création Musicale d’Albi-Tarn, Maison Salvan, Cinémathèque de Toulouse

BIOGRAPHIE

Les recherches d’Abdessamad El Montassir sont axées sur une trilogie : le droit à l’oubli, les récits fictionnels et viscéraux, et le trauma d’anticipation. Dans l’ensemble de son travail et de ses recherches, l’artiste met en place des processus réflexifs qui invitent à repenser l’Histoire et les cartographies à travers les récits collectifs ou fictionnels et les archives non matérielles. Dans un même temps, ses projets questionnent les traumatismes et leurs influences sur les individus, leurs comportements et leurs évolutions socio-politiques, et déploient des processus où ces traumatismes servent à l’historisation. Ces problématiques, Abdessamad El Montassir les aborde en prenant en considération les savoirs des identités qui ne sont pas humaines – les plantes – afin de faire émerger des manières renouvelées de penser nos environnements.

infos
CRÉDITS

Loran Chourrau